Johan Bergendahl : « Nous constatons une nette tendance en faveur de la distribution IP »

Ericsson sera présent du 26 au 28 octobre à Paris

Ericsson sera présent du 26 au 28 octobre à Paris

 Ericsson participera du 26 au 28 octobre prochain au Broadband World Forum qui se tient à Paris La Défense. Johan Bergendahl, Directeur général Marketing d’Ericsson, interviendra lors de la première journée sur le thème des nouvelles modèles économiques pour le haut débit. En préambule de cette présentation, il a accordé une interview aux organisateurs sur l’évolution du secteur des technologies haut débit au cours des douze derniers mois.

Il explique notamment comment Ericsson développe les réseaux et les technologies nécessaires pour fournir au consommateur un contenu multimédia d’un haut niveau de qualité, à un coût raisonnable. Il parle également des échéances marquant le passage à la distribution IP dans le monde, et de la mise en place des réseaux de fibres pour étayer cette transition. Un distribution IP dont il estime qu’elle une tendance de fond du marché des télécoms.

Selon vous, en quoi le secteur de la technologie large bande a-t-il changé au cours des douze derniers mois ?

Nous avons tous constaté l’explosion de la vidéo basée sur l’Internet, de la télévision à la demande et de l’utilisation des mobiles intelligents – les smartphones. D’une manière générale, nous discernons deux tendances : la connexion d’un nombre croissance de systèmes à des réseaux fixes et mobiles (il y a eu une augmentation considérable des ventes de TV connectée et de smartphones avec capacités HD), et la multiplication des contenus basés sur le cloud computing et les solutions « over-the-top ». Cela va mettre encore plus l’accent sur la connectivité et les réseaux et, bien sûr, sur ce secteur d’activité. La demande de services consommant des données ne fait que croître. Les tendances globales que l’on observe en termes d’augmentation des capacités et du débit sur les réseaux large bande des fournisseurs et des opérateurs (et la nécessité de transformer les réseaux pour le protocole IP) se poursuivent donc, elles aussi.

Quelles sont actuellement les principales préoccupations des opérateurs en termes de fourniture de la technologie large bande ?

Johan Bergendahl

Johan Bergendahl

Ils sont surtout attentifs à la concurrence accrue dans leur secteur et à l’évolution rapide du marché. De nouvelles applications, de nouveaux systèmes, de nouveaux services et de nouveaux concurrents surgissent constamment. Ce qui impose à nos clients de grandes exigences en termes de stratégie et de performance des réseaux. Notre intention est ici d’utiliser notre expérience, notre technologie et nos outils pour aider les opérateurs à gérer la croissance des données de la meilleure façon possible, et aussi de créer des business models intelligents en simplifiant la tarification et la facturation.

Une étude récente d’Ericsson montre que 50 % des personnes interrogées utilisent déjà chaque semaine les services TV à la demande basés sur l’Internet. La vidéo n’est-elle pas en train de s’imposer, face à Internet ?

Le besoin de contenu multimédia et de vidéo, notamment, ne fait bien sûr qu’augmenter, et surtout s’il est possible d’y accéder quand vous voulez, et où vous voulez. Au bout du compte, la qualité de tous ces services dépend de la performance des réseaux. C’est l’une des raisons pour lesquelles, avec nos clients, nous mettons l’accent sur le développement des réseaux et des technologies requises. Mais cela n’est pas vraiment nouveau si l’on y réfléchit, puisque la technologie se développe toujours pour répondre aux demandes du consommateur. Il est évident que l’Internet se transforme rapidement en un réseau vidéo. Avec un nombre croissant de consommateurs adoptant le multimédia de loisirs à la demande, Ericsson voit la nécessité de fournir le plus efficacement et le plus économiquement possible, des contenus gérés et non gérés (solutions « over-the-top »). La solution qui permettra de répondre à cette demande est le réseau MDN (Media Distribution Network) avec lequel les opérateurs pourront déployer des solutions apportant une réponse aux difficultés du trafic en introduisant un réseau média-centrique supportant la VoD, la TV IP et l’ « over-the-top », à partir de la même architecture de base.

Quel calendrier anticipez-vous pour le passage vers la distribution IP de tous les médias, et l’installation de réseaux de fibres pour étayer cette transition ?

Ericsson fournit la technologie et le support dont ont besoin nos clients pour effectuer cette transition. Savoir si cela se fera prochainement dépend de la situation de chaque client et des pays concernés. Il y a plusieurs voies de migration, et les clients se situent actuellement à différentes phases. Une chose est sûre : il y a une nette tendance vers la distribution IP. Les réseaux à base de fibres constituent une alternative pour répondre à ces demandes, mais il y a beaucoup d’autres technologies à pouvoir utiliser, aussi bien fixes que mobiles. En fonction du pays et de la région, entre 35 et 60 % du trafic Internet actuel sont de l’audio et de la vidéo. Nous pensons que ce chiffre va passer à plus de 90 % au cours des prochaines années, et ce changement dans les schémas du trafic requiert une action immédiate pour moderniser les réseaux IP actuels afin de répondre à la demande croissante de trafic vidéo géré et non géré.

Pour consulter l’agenda des sessions du Broadband World Forum, rendez-vous sur la page suivante : www.broadbandworldforum.com/bbwf_agenda

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , ,