Projet européen SAIL : Toutes voiles dehors vers les réseaux du futur

Par Olivier Cimelière, le vendredi 1 octobre 2010, classé dans Innovation / R&D,Réseaux fixes,Réseaux mobiles
Ericsson coordonne un consortium de 24 opérateurs, fournisseurs et organismes de recherche

Ericsson coordonne un consortium de 24 opérateurs, fournisseurs et organismes de recherche

 Ericsson participe activement à l’élaboration des réseaux du futur en pilotant le projet SAIL (Scalable and Adaptive Internet Solutions). Financé par l’Union Européenne, ce projet a pour vocation de faire franchir un nouveau palier à l’Internet avec à la clé des performances encore supérieures.

Ericsson coordonne un consortium de 24 opérateurs, fournisseurs et organismes de recherche qui ont lancé le 1er août dernier, ce projet de 21 millions d’euros, dans le cadre du 7e programme-cadre (FP7) de la Commission européenne. Ericsson Research est l’un des contributeurs majeurs de ce projet et aide à la conception des architectures pour les « réseaux du futur ».

Thomas Edwall, chef de projet senior de l’entité « Group Function Technology & Portfolio Management, Ericsson Packet Technologies », est le coordinateur du consortium SAIL. Mais c’est également lui qui chapeaute l’ensemble du projet, qu’il pilote en étroite coopération avec son collègue Anniki Welin, ingénieur d’études senior et directeur technique du projet.

« Ce projet a pour but de poursuivre des recherches et d’élaborer des prototypes pour les futures architectures d’Internet. Ce n’est pas un projet qui démarre à partir d’une page blanche puisque nous allons opérer une transition par rapport à ce dont nous disposons déjà aujourd’hui. Nous nous appuierons sur les expériences acquises lors de projets de recherche similaires dans ce domaine, par exemple 4WARD, et nous prendrons les réseaux actuels comme point de départ, pour assurer une migration vers les réseaux du futur. »

Thomas Edwall, chef de projet senior Group Function Technology & Portfolio Management, Ericsson Packet Technologies

Le projet SAIL met l’accent sur trois domaines principaux : les réseaux cloud  ; les réseaux d’information ; et les services de connectivité ouverts, avec pour but de faciliter l’attribution à la demande des ressources réseaux, précise encore Edwall.

Les réseaux cloud permettent de payer uniquement pour les réseaux et les moyens de traitement réellement utilisés. Avec les réseaux d’information, l’accent n’est plus mis sur les nœuds de réseaux, comme c’est le cas aujourd’hui, mais sur les objets informationnels eux-mêmes (fichiers, films, musique, etc.). La connectivité ouverte permet une utilisation efficace de la mise en réseau multi-voies, multi-protocoles et multi-couches. Cela se traduit, par exemple, par des services de transport et de routage qui peuvent être contrôlés et orchestrés avec différentes technologies, allant des dorsales de fibres optique aux réseaux d’accès sans fil.

SAIL permettra également de traiter des questions non techniques, qu’il s’agisse de réglementation, de normalisation et de socio-économie, y compris à l’égard de marchés, profils et modèles professionnels nouveaux. Ce projet fera appel à une recherche basée sur l’expérience, avec l’élaboration de prototypes adaptés à des cas concrets, démontrant ainsi le plein potentiel des solutions développées. Edwall précise qu’il existe une longue liste d’engagements à concrétiser dans le cadre du contrat SAIL avec la Commission européenne – rapports de recherche, prototypes, communications et conférences, avec pour but d’assurer la visibilité
des résultats.

Thomas Edwall précise : « Chez Ericsson, nous voulons que les résultats  puissent bénéficier au développement de nos futurs produits, notamment en termes de  réseaux cloud et de virtualisation des ressources informatiques. Nous avons pour ambition d’alimenter nos initiatives de développement de produits dans ces secteurs avec les éléments tangibles obtenus dans le cadre du projet SAIL. ». Le projet SAIL se poursuivra jusqu’en décembre 2012.

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , ,