Une étude souligne l’apport bénéfique des communications mobiles dans les zones rurales et émergentes

Les personnes interrogées déclarent économiser 5 dollars US en moyenne en téléphonant plutôt que devoir se déplacer

Les personnes interrogées déclarent économiser 5 dollars US en moyenne en téléphonant plutôt que devoir se déplacer

Trois ans après le démarrage des opérations dans le cadre du projet des Villages du Millénaire visant à déployer la téléphonie mobile dans les zones reculées d’Afrique, une étude conjointement réalisée par Ericsson et les ONG Earth Institute et Millenium Promise, révèle que les services de santé et d’éducation se trouvent grandement améliorés avec l’accès à la connectivité mobile. C’est l’un des nombreux enseignements contenus dans ce rapport publié récemment et intitulé « Impact de la connectivité mobile sur les objectifs de développement du Millénaire en Afrique ».

Issus d’observations recueillies au Ghana, au Nigéria, au Kenya et en Tanzanie, les résultats de l’étude montrent clairement que l’introduction de réseaux de communication mobile exerce une forte influence sur le développement socio-économique des individus et des villages dans les régions reculées. Un tel réseau permet par exemple à de petites entreprises d’accéder à des marchés et des informations dont elles ne pouvaient pas disposer auparavant tout en leur ouvrant de nouvelles perspectives commerciales et en réduisant les coûts de transport.

Cette étude s’inscrit en droite ligne des précédents travaux menés sur le sujet. Elle confirme que 1,2% de croissance du PNB peut être obtenu dans les pays émergents à chaque fois que le taux de pénétration des communications mobiles augmente de 10%.

Cela ouvre la voie à des applications très concrètes comme les services de santé. Ainsi, un téléphone mobile et un numéro d’appel gratuit à destination des équipes de santé peuvent aider à sauver des vies humaines. Dans les pays qui ont été étudiés, on estime que 6000 vies supplémentaires pourraient être sauvées chaque année. En termes de transport, les personnes interrogées déclarent économiser 5 dollars US en moyenne en passant des appels téléphoniques plutôt que devoir se déplacer. Un montant particulièrement significatif lorsque l’on sait que le revenu de la région en question n’est guère de plus de 1 dollar US par jour.

« Ce rapport constitue une importante référence. Les résultats de l’étude soulignent le potentiel que recèle l’expansion de la technologie mobile pour les zones rurales, pauvres et reculées dans d’autres pays émergents africains. Nous sommes convaincus qu’une large majorité des 57 millions de personnes environ vivant dans ces zones peut bénéficier des avantages des communications mobiles à des niveaux raisonnables d’investissement pour construire des infrastructures télécoms additionnelles »

Elaine Weidman Grunewald, Directrice générale Développement Durable d’Ericsson

Lars Linden, directeur de la région Afrique Sub-saharienne d’Ericsson, ajoute : « La croissance formidable des réseaux mobiles et le décollage des abonnements mobiles sont des indicateurs évidents que des opportunités nouvelles apparaissent. Néanmoins, il y a toujours 1 milliard de personnes dans le monde qui vit en dehors de toute couverture réseau et d’alimentation électrique. A cet égard, nous pensons que l’utilisation combinée d’énergies renouvelables et d’applications télécoms spécifiques peut constituer pour les opérateurs une opportunité commerciale tout en aidant les individus à disposer d’une meilleure qualité de vie. Ericsson est en tout cas fermement engagée dans cette voie ».

Un formidable levier contre la pauvreté

Depuis fin 2009, 83% des villages du programme disposent maintenant d'infrastructures de communication

Depuis fin 2009, 83% des villages du programme disposent maintenant d'infrastructures de communication

Des opportunités similaires existent également dans d’autres pays. Ainsi en Inde, l’usage du téléphone mobile est un important facteur d’accroissement du revenu. Les utilisateurs des zones rurales plébiscitent par exemple des services mobiles tels que les informations agricoles (40%), des loisirs (16%) et des services financiers (8%) comme les virements et les paiements. Les applications santé sont par ailleurs classées au 5ème rang en termes d’importance. Des priorités qui différent nettement de celles observées dans les marchés développés.

« Le téléphone mobile est la plus puissante des technologies à ce jour pour éradiquer la pauvreté » considère le professeur Jeffrey Sachs, Directeur d’Earth Institute à l’université de Columbia. « Avec la diffusion croissante de la technologie 3G et bientôt 4G, même les écoles les plus lointaines dans les endroits les plus pauvres du monde pourront se connecter à Internet et partager des idées avec d’autres classes sur un autre continent. Les bergers souvent isolés, pourront désormais vérifier rapidement les prix sur les marchés locaux et prendre les décisions en conséquence pour d’apporter ou pas leurs troupeaux sur le lieu de vente offrant le meilleur tarif. De même, des données de santé pourront être transmises par textos aux cliniques pour établir des diagnostics rapides auprès des patients des villages reculées et sauver ainsi des vies. Le projet des Villages du Millénaire est honoré d’avoir Ericsson comme partenaire profondément impliqué. Dans toute l’Afrique, on peut réellement espérer faire reculer la pauvreté et ouvrir une ère nouvelle de prospérité ».

C’est en 2007 qu’Ericsson s’est engagé à fournir la connectivité aux Villages du Millénaire en partenariat avec les opérateurs MTN et Zain et le fabricant Sony Ericsson. Dans le cadre d’un partenariat public-privé avec le Programme de Développement des Nations Unies et les ONG Earth Institute et Millennium  Promise, Ericsson met en place des réseaux télécoms et Internet mobiles auprès de 500 000 personnes réparties sur 10 pays africains. Depuis fin 2009, 83% des villages inclus dans le programme disposent maintenant d’infrastructures de communication.

Sur les 5 milliards d’abonnements mobiles dénombrés actuellement dans le monde, 450 millions proviennent d’Afrique ; ce qui représente 43% de la population du continent. En Afrique sub-saharienne, la pénétration de la téléphonie mobile est de 42% soit 297 millions de personnes connectées. Les analystes estiment que d’ici 2013, la région atteindra un taux de pénétration de 65%.

Pour lire l’intégralité du rapport « Impact de la connectivité mobile sur les objectifs de développement du Millénaire en Afrique », vous pouvez télécharger le document (en anglais) en cliquant sur le lien (format PDF).

Pour en savoir plus sur la politique de Développement Durable d’Ericsson, vous pouvez consulter le site dédié (en anglais) à l’adresse suivante : www.ericsson.com/thecompany/sustainability_corporateresponsibility

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , ,