Indonésie : Ericsson donne un avant-goût du haut débit mobile de demain par faisceaux hertziens

Par Olivier Cimelière, le jeudi 16 septembre 2010, classé dans 4G LTE,Haut Débit,IP,Opérateurs,Réseaux mobiles
Ericsson a fait la démonstration d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur 2 canaux à 56 MHz avec sa solution MINI-LINK

Ericsson a fait la démonstration d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur 2 canaux à 56 MHz avec sa solution MINI-LINK

A l’heure de la convergence et du haut débit mobiles, les opérateurs sont confrontés à un défi majeur : celui de délivrer la capacité nécessaire pour faire face à l’adoption massive de services « gourmands » tels que l’Internet haut débit, la vidéo à la demande et les services de peer-to-peer, notamment les jeux en ligne. Démonstration à l’appui, plus de 700 employés de l’opérateur indonésien XL Axiata ont vu la réponse à ce défi avec la solution par faisceaux hertziens MINI-LINK développée par Ericsson.

Ericsson a fait la démonstration en août dernier dans les locaux de XL Axiata à Jakarta d’un transfert de paquets à 1 Gbit/s sur deux canaux à 56 MHz avec sa solution de backhaul mobile MINI-LINK, une solution prête pour LTE/4G. La capacité qu’offre cette solution de combiner plusieurs flux de trafic Ethernet dans une seule connexion logique permettra d’atteindre des capacités encore plus grandes par le simple ajout de canaux dans le système.

Le message qu’Ericsson voulait faire passer à travers cette démonstration, était simple : les opérateurs doivent se préparer dès aujourd’hui à répondre aux besoins en capacité de demain. Pour cela, il leur faut notamment introduire dans leurs réseaux une technologie de faisceaux hertziens à très haute capacité pour le transport de paquets.

La démonstration à 1 Gbit/s faite à Jakarta était la première de ce genre en Indonésie. Elle a permis de montrer en quoi les solutions de backhaul mobile reposant sur une transmission par faisceaux hertziens peuvent apporter une réponse viable aux problèmes de capacité posés par les services, actuels et futurs, de haut débit mobiles et convergés.

Dian Siswarini, directrice Réseaux chez XL Axiata, estime que la démonstration organisée par XL/Ericsson a permis aux deux entreprises d’explorer les développements de la technologie, notamment la très haute capacité démontrée par la solution de backhaul mobile proposée par Ericsson. « Des technologies capables de produire une plus grande capacité de transmission sont indispensables pour la téléphonie mobile de prochaine génération », précise-t-elle.

« Nous avons également montré, au travers de la modulation de type 512 QAM, comment utiliser les infrastructures radio actuelles pour produire une capacité plus élevée au sein du spectre existant. Cela signifie que les opérateurs peuvent, tout en conservant leurs stations de base actuelles, garantir que les futurs besoins en capacité seront satisfaits. La modulation de type 512 QAM sera bientôt disponible. »

Mats Otterstedt, président d’Ericsson Indonésie

En combinant plusieurs flux de trafic dans une seule connexion Ethernet logique, grâce à la caractéristique unique Radio Link Bonding, Ericsson permet d’atteindre des vitesses d’1 Gbit/s avec n’importe quelle combinaison de trafic paquets et/ou TDM, tout en garantissant une entière qualité de service (QoS).
L’introduction de la modulation adaptative sans à-coups permet même de retirer du spectre disponible existant une capacité de bande passante encore plus grande , parfaitement adaptée aux services de classe Carrier Grade grâce aux mécanismes QoS. Les solutions de transmission par faisceaux hertziens sont totalement compatibles IP et peuvent prendre en charge le trafic TDM de manière native. Résultat : une utilisation très efficace du spectre pour une capacité maximale sur l’ensemble du trajet.

Selon Mats Otterstedt, les employés de XL Axiata ayant assisté à la démonstration ont été très impressionnés par la solution proposée. « Nous avons prouvé avec succès que l’utilisation de la technologie des faisceaux hertziens permet d’obtenir une solution de backhaul mobile parfaitement adaptée au déploiement du haut débit mobile, qu’il soit 3G ou LTE».

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , ,