Des réseaux électriques intelligents pour une Europe climatiquement neutre

Les entreprises européennes d'électricité se sont engagées pour une électricité climatiquement neutre d’ici à 2050 grâce au déploiement de réseaux intelligents

Les entreprises européennes d'électricité se sont engagées pour une électricité climatiquement neutre d’ici à 2050 grâce au déploiement de réseaux intelligents

 En matière de développement durable, les entreprises européennes du secteur de l’électricité se sont engagées en faveur d’un approvisionnement en électricité climatiquement neutre d’ici à 2050. Face à cet objectif ambitieux, le déploiement de réseaux intelligents (des réseaux électriques traditionnels auxquels se superpose un réseau d’information et de communication doté de compteurs intelligents) constitue un élément déterminant. InnoEnergy, l’une des trois Communautés de la connaissance et de l’innovation (KIC) mises en place par l’Institut européen de technologie (EIT), jouera un rôle moteur dans la réalisation de cet objectif. Ericsson Research est activement impliqué dans la communauté InnoEnergy.

Les technologies de l’information et de la communication (TICS) ont un rôle essentiel à jouer pour aider la société à tenir ses engagements en faveur du développement durable. Le secteur de l’électricité est l’un des secteurs industriels à d’ores et déjà bénéficier de cette coopération. Grâce à la technologie de communication M2M, les consommateurs et l’industrie pourront de plus en plus gérer facilement et instantanément la consommation d’énergie. Il en découlera notamment la possibilité d’une réduction de la charge en période de pointe ou encore d’un équilibrage entre la consommation et la production fluctuante provenant des énergies renouvelables. Le réseau intelligent rend en effet possible ce contrôle ainsi que la capacité à stocker ou à distribuer efficacement l’énergie là où elle est nécessaire.

La communauté InnoEnergy se sub-divise en six centres régionaux européens, axés chacun sur une thématique énergétique particulière. Par exemple, le centre implanté en Pologne se spécialise dans la recherche sur le charbon propre, tandis que les études sur l’éolien, le photovoltaïque et l’énergie des vagues sont menées en Espagne. Le pôle suédois se concentre pour sa part sur les réseaux intelligents et le stockage de l’électricité. Par son rôle au sein de la communauté InnoEnergy, Ericsson montre sa volonté d’être un acteur à part entière dans le développement des réseaux intelligents. Pour découvrir les missions d’InnoEnergy, regardez la vidéo ci-dessous (en anglais) :

En plus d’Ericsson Research qui est un membre actif, InnoEnergy regroupe par ailleurs plusieurs grands acteurs des secteurs de la recherche, de l’éducation et de l’industrie, tels que le groupe d’ingénierie ABB, la société SAP spécialisée dans les logiciels de gestion, l’entreprise de production et de distribution d’électricité Vattenfall, l’Institut royal de technologie (KTH) de Stockholm et l’Université d’Uppsala en Suède et l’Institut technologique de Karlsruhe (KIT) en Allemagne.

Craig Donovan, membre de l’équipe de recherche sur le développement durable chez Ericsson Research, estime qu’il est logique pour Ericsson de s’allier à la communauté InnoEnergy : « La communication étant à la base du réseau intelligent, nous considérons qu’il est normal pour nous de contribuer à cette communauté. Cette collaboration nous permet de combiner l’expertise d’Ericsson dans le domaine des TICS avec celle des autres parties prenantes en matière de réseaux intelligents et de concevoir ainsi un système de production d’énergie à la fois fiable et durable ».

« Les atouts que présentent les réseaux intelligents pour la société sont multiples : meilleure gestion de l’énergie, allégement des factures d’électricité et vision plus globale de la consommation d’énergie. Consommer moins d’énergie, c’est aussi produire moins de CO2 et donc réduire directement le réchauffement climatique. »

Craig Donovan, membre de l’équipe de recherche « développement durable » chez Ericsson Research

D’après Craig Donovan, le seul fait de connaître leur consommation incitera les gens à modifier leurs habitudes. « En étant directement informés de la quantité d’électricité qu’ils ont consommée dans la journée ou du prix qu’ils auront à payer, les gens peuvent adapter leur comportement de manière à consommer moins ou bien à décaler leur consommation sur des périodes creuses. Par exemple, cela pourrait encourager les gens à faire tourner leur lave-linge pendant la nuit, aux heures où les tarifs sont plus bas. Toutefois, les contraintes réglementaires actuelles limitent encore la pleine réalisation de ces économies potentielles. ».

Autre perspective esquissée par Craig Donovan : « Le réseau intelligent permettra également l’intégration, à très petite échelle, de l’éolien et du solaire pour aider le consommateur à devenir un « prosumer », en d’autres termes un consommateur activement impliqué dans la production d’énergie », ajoute-t-il.

Pour en savoir plus

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,