Journalisme : un mariage princier couvert en haut débit mobile

Pontus Lundahl de l'agence photo Scanpix a couvert en direct et en haut débit mobile le mariage de la princesse Victoria

Pontus Lundahl de l'agence photo Scanpix a couvert en direct et en haut débit mobile le mariage de la princesse Victoria

 Des milliers de journalistes et de photojournalistes se sont rendus à Stockholm les 19 et 20 juin dernier à l’occasion du mariage royal entre la princesse héritière Victoria de Suède et son fiancé Daniel Westling. Grâce au haut débit mobile, ils ont pu transmettre instantanément aux agences et aux salles de presse du monde entier leurs articles et leurs photos. Témoignage de Pontus Lundahl qui travaille pour l’agence photo suédoise Scanpix.

S’il y a un métier où le respect des délais est crucial, c’est bien celui de journaliste. Le bouclage d’une publication papier ne souffre aucun retard. C’est pourquoi un cliché ou un article, aussi bon soit-il, n’aura plus aucun intérêt s’il n’est pas envoyé scrupuleusement dans les temps. Les publications en ligne, parce qu’elles peuvent être publiées à n’importe quel moment, n’imposent pas une telle contrainte de délai, même s’il n’en demeure pas moins important pour les rédacteurs de prendre la concurrence de vitesse. Pour être les premiers, il faut évidemment être les plus rapides. 

Il n’y a pas si longtemps, le moyen le plus rapide pour un photojournaliste de faire parvenir ses pellicules photos à son bureau était d’emprunter sa voiture. A l’ère du numérique, le haut débit mobile leur permet désormais de transmettre des images haute résolution quelques secondes à peine après les avoir prises. Plus qu’un simple avantage, le haut débit est devenu un outil indispensable dans leur travail quotidien.

Pontus Lundahl travaille pour l’agence photo suédoise Scanpix. Comptant parmi les plus importantes de la région nordique, cette agence a été retenue pour assurer la couverture officielle de la cérémonie royale et fournir les photos pour différentes publications dans le monde entier. « C’est un grand moment pour nous », explique-t-il. « Comme pour tous les évènements importants, sportifs ou autres, une bonne connexion et un débit rapide sont des critères essentiels. Lorsque je suis satisfait des clichés que j’ai pris, je peux les télécharger sur mon ordinateur portable et les envoyer aussitôt à mon agence. Certains endroits, comme les stades de sport par exemple, sont très souvent dotés de hotspots WiFi tout spécifiquement réservés aux journalistes ».

Grâce aux dernières avancées technologiques, Pontus peut même envoyer ses photos directement depuis son appareil, sans même avoir à les télécharger sur son ordinateur portable. Pour la couverture du mariage royal, la fiabilité du haut débit mobile a revêtu pour Scanpix une importance plus grande que jamais. Les photos étaient envoyées via le réseau 3G mais également pour la première fois via le réseau commercial 4G de l’opérateur Telia.

« Lors de la couverture d’un évènement médiatique, je peux envoyer les images presque à l’instant où j’arrive sur place. Et ça, c’est grâce au haut débit mobile. C’est en quelque sorte l’équivalent photo de la télévision live ».

Pontus Lundahl, photojournaliste à l’agence suédoise Scanpix

Pour Scanpix, il est clair qu’il existe un lien direct entre le haut débit mobile et la possibilité d’offrir des images de haute qualité aux rédacteurs photos des différents journaux et autres publications avant que les autres agences ne puissent le faire. En d’autres termes, le haut débit mobile peut véritablement « doper » le business.

Pour son excellent niveau de connectivité et sa volonté de rendre cette connectivité accessible à tous ses citoyens, Stockholm a été couronnée communauté intelligente de l’année 2009 par l’ICF (Intelligent Community Forum), devenant ainsi la 10ème lauréate de ce prix mondial.

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , ,

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.



Laisser un commentaire