Le haut débit mobile pour la santé et l’éducation : exemple au Maroc (2/2)

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

En 2009, 60 classes ont été connectées à Internet et équipées de tableaux blancs interactifs

 Suite du mini-dossier consacré aux apports des communications mobiles haut débit dans le développement durable des communautés rurales. Il s’agit maintenant d’un projet monté au Maroc entre Ericsson, Maroc Telecom et plusieurs autres acteurs institutionnels. Volet n°2.

Le projet « Lumière de Rhamna » a été lancé en 2007 dans le cadre d’un partenariat entre Ericsson Maroc, la Fondation Rhamna, Maroc Telecom et deux ministères marocains, celui de l’Éducation et celui de la Santé. Son principal objectif est de promouvoir l’éducation en ligne et les services de santé mobiles, l’accès à Internet générant des débouchés économiques. Maintenant que ces villages peuvent accéder plus facilement à des services de santé, d’éducation et d’information, les gens ont davantage de possibilités de gagner leur vie au sein de leur communauté, au lieu de faire de longs trajets pour aller travailler ou d’émigrer vers les villes.

En effet, Rhamna est une région pauvre, située à proximité de Marrakech dans le centre du Maroc. Sur les 300 000 personnes qui y vivent, 66 % n’ont jamais achevé leurs études secondaires. Le taux d’alphabétisation atteint tout juste 40 %. On compte un médecin pour 10 000 personnes et seulement un dentiste pour l’ensemble de la population.

Rachid Chihani, directeur général d’Ericsson Maroc, explique que la principale activité dans la région est l’agriculture. Ce qui pose de sérieux problèmes quand on sait qu’une grande partie des terres est impropre à la culture. « Nous avons lancé l’initiative « Lumière de Rhamna » pour répondre aux besoins de la population », déclare-t-il. Regardez le témoignage de Rachid Chihani (vidéo en anglais) :

En 2009, le projet a permis de connecter 60 classes à Internet et de les équiper de tableaux blancs interactifs raccordés à un ordinateur et à un projecteur. Selon Rachid Chihani, les effets sont d’ores et déjà impressionnants : « Ce qui frappe surtout, c’est le bonheur des enfants et leur motivation. Avant, l’assiduité en classe était médiocre. Non seulement l’école était loin, mais beaucoup d’élèves préféraient travailler pour rapporter de l’argent à leur famille. Maintenant, les classes sont pleines ». Le but est de doter 347 écoles de services d’enseignement en permettant aux enseignants de faire cours à des classes distantes.

La seconde phase du programme a pour but de développer les soins de santé. « Nous travaillons actuellement sur un programme qui prévoit un service médical itinérant avec un médecin et une infirmière circulant dans un monospace équipé du matériel médical de base, le tout connecté grâce aux solutions Ericsson de santé en ligne. ». Au cours de la troisième phase, des services d’éducation mobile apprendront aux fermiers comment mieux tirer parti de leurs terres.

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , ,

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

2 commentaires »

  1. Merci pour l’information tres utiles



Laisser un commentaire