Un expert parle : "Les réseaux sociaux ont beaucoup à nous apprendre…"

Par Corinne Muller, le jeudi 18 février 2010, classé dans Multimédia,Opérateurs,Opinion,Stratégie

L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse

L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse

Selon un chercheur indien renommé, l’étude des réseaux sociaux présente un double intérêt pour les opérateurs télécoms. Elle permet de prévoir les abonnés susceptibles de quitter un réseau et d’identifier des opportunités marketing ciblées. En route pour une petite leçon de réseau social !

Balaraman Ravindran, professeur associé au département de sciences et d’ingénierie informatiques de l’Institut indien de technologie de Madras, à Chennai, mène des études comportementales pour mieux cerner la façon dont les membres des réseaux sociaux, en ligne ou téléphoniques, s’influencent mutuellement.

Première constatation de Balaraman Ravindran : « L’efficacité du bouche à oreille entre les individus au sein d'une même communauté et en fonction de leur position dans le réseau social constitue une source d’informations extrêmement précieuse ». Selon leur position dans les réseaux sociaux, les gens peuvent en effet s’influencer mutuellement d’une manière particulièrement intéressante pour les opérateurs télécoms. On peut par exemple, à partir de données concernant les appels, réaliser des graphiques qui mettent en évidence les liens unissant différents utilisateurs et dont l’analyse permet de repérer ceux qui risquent le plus de se désabonner.

Balaraman Ravindran est à cet égard sans équivoque : « Votre décision de quitter un opérateur de téléphonie sera probablement influencée par vos « voisins » du réseau ou ceux avec lesquels vous avez le plus de contacts par téléphone. Sachant en plus que les gens qui occupent la même position au sein d’un réseau ont tendance à se comporter de façon identique, l’analyse de la position sociale permet de repérer d’autres clients potentiels qui résilient ».

Balaraman Ravindran compare le phénomène à la diffusion de la chaleur. « L’influence se propage comme la chaleur. Quand une personne quitte un réseau, elle déclenche une source de chaleur à l’endroit qu’elle avait l’habitude d’occuper. Cette chaleur se diffuse dans le réseau et, si la chaleur totale atteint un seuil donné, ses voisins de réseau s’en vont eux aussi. »

Identifier ces relations et repérer ceux qui ont une influence exige de donner un sens à une quantité potentiellement énorme de données et de les affiner en les divisant en sous-ensembles. Balaraman Ravindran a focalisé ses recherches sur l’utilisation d’une combinaison de méthodes analytiques, telles que l’analyse positionnelle ou la répartition d’ensembles d’acteurs en sous-ensembles au sein desquels les acteurs ont des relations similaires les uns avec les autres.

Lors du récent SW Research Day, à Kista où est basé le siège d'Ericsson, Balaraman Ravindran a présenté un modèle qui, selon lui, permet de résoudre quelques-uns des problèmes que pose la création de ces sous-ensembles. Quand il s’agit de créer des sous-ensembles égaux, l’analyse positionnelle traditionnelle ne tient pas compte de nuances importantes comme la force des liens entre les membres d’un réseau selon Balaraman Ravindran, qui ajoute :  « le modèle de « répartition la plus équitable » représente un progrès majeur pour analyser les « réseaux réels de grande envergure » du type cybercommunautés ».

Balaraman Ravindran, qui travaille avec des chercheurs d’Ericsson pour analyser les données d’appels, affirme que son modèle d’analyse positionnelle peut aussi s’appliquer aux réseaux sociaux en ligne : « Je travaille sur un projet qui tente de recommander des activités en s’appuyant sur l’analyse des réseaux sociaux. Il comporterait une proposition du genre : « Vos amis envisagent de faire telle chose ; seriez-vous prêts à vous joindre à eux ? ». Autant dire que l'aventure est loin d'être terminée ! A suivre …

zp8497586rq
zp8497586rq

À propos de Corinne Muller


Corinne Muller est Directrice de la Communication d'Ericsson France. Diplômée de l'Université Paris Sorbonne, elle occupe les postes de Directrice de la Communication de Compaq puis de Chronopost, avant d'intégrer Ericsson à ce même poste en 2011.

Mots-clefs : , , , , , , ,