Concilier réduction du CO2 et business durable, c'est possible !

Les TICS peuvent aider à réduire les émissions mondiales de CO2 d’environ 15 % d’ici 2020

Les TICS peuvent aider à réduire les émissions mondiales de CO2 d’environ 15 % d’ici 2020

Les entreprises sont à la recherche de solutions plus intelligentes qui permettent d’économiser de l’argent et de réduire les émissions de CO2. Dans un rapport récent intitulé « Carbon Connections », le cabinet d'analyses Accenture et l'opérateur Vodafone ont identifié plusieurs domaines clés qui offrent un certain nombre d’opportunités. Les TICS y figurent au premier plan.

Beaucoup de personnes s'accordent à dire aujourd’hui que les TICS offrent un potentiel considérable en matière de réduction des émissions de CO2. Nombreuses sont les études qui soulignent la possibilité de réduire les émissions mondiales d’environ 15 % d’ici 2020 grâce à des solutions TICS à faible empreinte carbone. Des réductions encore plus importantes seraient même possibles avec un programme d’innovations focalisé sur des solutions évolutives. La technologie mobile devrait donc jouer un rôle moteur encore plus affirmé dans les efforts des gouvernements et des entreprises pour atteindre leurs objectifs de réduction de l’empreinte carbone.

Ceci est d’autant plus vrai que l'adoption des TICS permettra en même temps des économies de coûts et apportera de nouvelles opportunités de croissance au secteur des télécommunications mobiles. Selon Peter Lacy, responsable des services de développement durable pour Accenture en Europe, en Afrique et en Amérique latine, passer d’une optique produit à une optique service est la clé dont les individus et les entreprises ont besoin au lieu de se contenter de remplacer certains produits par d’autres légèrement plus performants : « Non seulement le développement économique et la réduction de l’empreinte carbone vont de pair, mais ils peuvent être mutuellement bénéfiques».

Pour cela, il faut une approche fondée sur l’innovation, capable de générer des économies mesurables et des façons de faire plus rationnelles. Cela peut améliorer la qualité de la vie, tout en réduisant considérablement les émissions. Loin d'être exhaustive à ce stade, les pistes où les TICS peuvent pleinement donner leur mesure sont notamment :

  • la dématérialisation – cela signifie remplacer les biens physiques, les processus ou voyages par des alternatives dites « virtuelles » telles que la vidéoconférence ou le e-commerce ;
  • les réseaux électriques intelligents – cela signifie améliorer l’efficience des réseaux électriques par

    un contrôle actif et modulable et ainsi réduire la dépendance à l’égard de la production centralisée d’électricité  ;

  • une logistique intelligente – avec le contrôle et le suivi des véhicules, de leurs chargements pour améliorer l’efficience des activités logistiques ;
  • des villes intelligentes – pour améliorer la circulation, gérer les déplacements et juguler au mieux les embouteillages;
  • la gestion des services d’utilité publique et fabrication intelligente – synchroniser les opérations de fabrication et intégrer des modules de communication dans les produits manufacturés.

La plupart de ces solutions TICS à faible empreinte carbone se complètent mutuellement. Même si de prime abord, elles semblent différentes du point de vue de l’utilisateur, elles reposent pourtant sur les mêmes infrastructures — des infrastructures où la connectivité ira croissant au fil du temps. Peter Lacy en est convaincu : « Ces solutions ont la capacité de réduire les émissions de 113 mégatonnes (Mt) par an et les coûts énergétiques associés de 43 milliards d’euros d’ici 2020 dans les 27 pays de l’UE. Pour réaliser ces économies, il faut 1 milliard de connexions mobiles. »

Pour Peter Lacy, fournir ces solutions intelligentes aura sans doute un coût, d’où la nécessité que l’investissement en matériel et en logiciels soit facilité par la connectivité sans fil. Mais les bénéfices à long terme pour les clients et les entreprises peuvent être considérables. Pour les entreprises de télécoms, c'est de surcroît une opportunité de développement énorme.

Peter Lacy estime que les gouvernements ont un rôle important à jouer. Ils doivent créer un cadre politique propice à l’adoption de ces technologies intelligentes. Il est toutefois vital que les opérateurs facilitent l’interopérabilité et la standardisation des services pour permettre un déploiement à grande échelle et l’adoption dans tous les pays et tous les secteurs d’activité. C’est l’une des clés pour libérer le potentiel des communications mobiles et leur permettre d’apporter une contribution majeure au passage à une économique à faible empreinte carbone ainsi qu’à la création de nouvelles opportunités de croissance rentable.

Pour en savoir plus sur le rapport Carbon Connections d’Accenture et Vodafone, voir le site : www.accenture.com/sustainability

Pour voir la vision d'Accenture sur l'économie durable, regardez la vidéo (en anglais) :

zp8497586rq

À propos de Olivier Cimelière


Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Flux RSS des commentaires de cet article.

2 commentaires

  1. Merci pour cet article : Pour les entreprises de communications mobiles, une contribution majeure au passage à une écononie à faible empreinte carbone tout en apportant des opportunités de croissance.

  2. N’hésitez pas à visiter régulièrement le blog car c’est effectivement un sujet sur lequel nous revenons très souvent .. Les TICS sont un levier majeur pour s’orienter vers une économie à faibles émissions carbone .. Mais il reste du travail pour convaincre tous les acteurs de la chaîne de s’emparer de ces perspectives !

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.