« Il est urgent d'évoquer le rôle des TICS à la Conférence sur le Climat de Copenhague »

Hans Vestberg lors de son discours d'introduction au Broadband World Forum à Paris le 7 septembre dernier.

Hans Vestberg lors de son discours d'introduction au Broadband World Forum à Paris le 7 septembre dernier.

Cet appel a été lancé par Hans Vestberg, actuel directeur général Finance et futur PDG du groupe Ericsson à compter du 1er janvier 2010, lors de son discours d'ouverture du Broadband World Forum qui s'est tenu à Paris du 7 au 9 septembre. Hans Vestberg a souligné le rôle crucial que les TICS peuvent jouer dans la diminution drastique des émissions de CO2 dans le monde tout en maintenant un développement économique soutenu.

Il a déclaré à ce sujet que « pendant trop longtemps, la nécessité de réduire le CO2 a été considéré comme un compromis entre développement économique et préservation de la planète. Cela ne doit plus être le cas. Parce que les TICS peuvent substantiellement réduire les émissions de CO2, les représentants des gouvernements disposent là d'une opportunité unique pour évoquer leur rôle au cours de l'agenda de la prochaine convention des Nations Unies sur le Changement climatique qui se tiendra à Copenhague en décembre 2009 ».

Il a également pointé le fait que « les études prouvent que les TICS peuvent réduire les émissions totales de CO2 de 15% d'ici 2020. Ericsson est convaincu qu'avec un agenda conciliant climat et innovation technologique, il est possible d'envisager des réductions encore plus importantes. Que l'on parle de services d'enseignement, d'information, de santé ou encore de transport, les TICS permettent d'y accéder partout dans le monde sans avoir à sacrifier l'environnement ».

Pour atteindre l'objectif assigné d'ici 2050 d'une réduction d'environ 50 à 80% des émissions – le niveau généralement considéré comme requis pour stopper le changement climatique -, il faut impérativement s'éloigner du modèle de réduction incrémentale des émissions pour privilégier une approche orientée vers des pratiques d'économie intelligentes et mesurables. Ce n'est que de cette façon que la qualité de la vie sera améliorée tout en réduisant très significativement les émissions.

« En tant que représentants du secteur des TICS, Ericsson et ses homologues industriels ont pour mission de porter ce message auprès des gouvernements et des hommes politiques. Le changement proviendra des engagements et des actions qui s'exerceront à tous les niveaux de la société, des autorités gouvernementales, des industries, de la société civile et des individus eux-mêmes. Cet engagement global à Copenhague est es

sentiel pour sécuriser de front la préservation durable de l'environnement et le développement économique. Les TICS doivent être au cœur de ce processus »

Hans Vestberg, actuel directeur général Finance
et futur PDG du groupe Ericsson à compter du 1er janvier 2010

Une infrastructure haut-débit performante constitue l'ossature de l'infrastructure globale du 21ème siècle pauvre en émissions. Nous disposons là d'une infrastructure à l'efficacité énergétique inégalée jusqu'à maintenant tout en autorisant connectivité et transmission de l'information à la vitesse de la lumière autour de la planète. Des investissements soutenus dans cette infrastructure peuvent encore plus renforcer des solutions peu gourmandes en énergie comme les réunions virtuelles, les réseaux intelligents, l'administration électronique, l'enseignement à distance, la télémédecine, la dématérialisation des documents, etc. Même si ces services peuvent sembler différents aux yeux d'un utilisateur, ils reposent tous sur la même infrastructure globale.

Aujourd'hui, tout en étant déjà largement disponible dans de nombreuses parties du monde, le haut débit aborde un virage capital. Il est évident que l'infrastructure du 21ème siècle doit jouer un rôle grandissant majeur pour révéler tout le potentiel que recèle le haut débit, permettre l'accès à des services basiques et favoriser d'ici les 15 à 30 années à venir l'avènement d'une nouvelle économie numérique qui stimulera l'innovation dans la société entière.

Ericsson est profondément engagé lui-même dans la réduction de sa propre empreinte environnementale et s'est assigné pour cela d'ambitieux objectifs. Mais plus important encore est la volonté d'Ericsson de faire de l'agenda de Copenhague, une opportunité pour évoquer de pair le changement climatique et l'usage de la technologie et du haut débit qui permet la réduction substantielle des émissions de carbone.

Vidéo de la Keynote d'Hans Vestberg au Broadband World Forum 2009 (Partie 1/2)
« Les réseaux jusqu'en 2020 »

Vidéo de la Keynote d'Hans Vestberg au Broadband World Forum 2009 (Partie 2/2)
« Les réseaux jusqu'en 2050 »

zp8497586rq

Mots-clefs : , , , , , , , ,