Développement durableSolutions et services ITSmart cities5GTrès haut débit mobileInnovationMedia / TVSociété en réseauxInternet of Things26 milliards d'objets connectés en 2020Smart gridsRecherche et développement

Les opérateurs parviendront-ils à réussir dans l’IOT ?

Par Corinne Muller, le jeudi 21 juin 2018, classé dans 5G,IOT

Retour sur la première Ringside Session organisée par Ericsson

Quelles sont les opportunités et les challenges rencontrés dans le domaine de l’IOT ? Pour y répondre, Ericsson a organisé sa 1ère Ringside Session, rassemblant des opérateurs clés au niveau mondial mais aussi des disrupteurs dans un débat animé par la journaliste Shywy Jervis en présence d’Arun Bansal, vice-président et directeur d’Ericsson Europe et Amérique Latine.

Ce débat d’une heure, au ton animé, s’est déroulé en marge du 5G World Summit à Londres en juin.

Cette première session Ringside a permis de réaliser un broadcast live au contenu à forte valeur ajoutée. Le rôle des opérateurs au sein de la chaîne de valeur IoT, les budgets disponibles et les défis auxquels les opérateurs doivent être prêts à faire face ont nourri un vif débat entre les participants de Vodafone, Deutsche Telekom, Telenor Norway ou encore GP Bullhound.

Même s’ils non pas forcément trouvé de consensus, nous en savons maintenant plus sur la manière dont un opérateur peut réussir sur le marché de l’IoT.

 

Retrouvez l’intégralité des débats ci-après

 

 

Retrouvez l’un des points de vue exprimé par Arun Bansal, vice-président et directeur d’Ericsson Europe et Amérique Latine.

 

Vous pouvez également aller plus loin avec les études de cas d’Ericsson sur la 5G et l’IoT

 

 

 

La nouvelle édition du Mobility Report d’Ericsson constate l’essor de la 5G et la montée en puissance de l’IoT cellulaire

Par Diane Delesalle, le mardi 12 juin 2018, classé dans 5G,IOT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 3,5 milliards de connexions IoT cellulaires prévues d’ici 2023
  • Des lancements commerciaux de la 5G dès cette année.
  • Essor de la 5G mené par les Etats-Unis
  • 20 % du trafic mondial de données mobiles transiteront par des réseaux 5G en 2023

La dernière étude menée par Ericsson sur la mobilité s’est focalisée sur deux aspects : le déploiement commercial de la 5G et celui, plus vaste que prévu, de l’IoT cellulaire.

Les prévisions concernant le nombre de connexions IoT cellulaires ont quasiment doublé depuis novembre 2017. Désormais, ce nombre devrait atteindre la barre des 3,5 milliards d’ici à 2023, sous l’impulsion notamment des déploiements à grande échelle actuellement menés en Chine. Les technologies NB-IoT et Cat-M1, destinées au déploiement massif de l’IoT cellulaire, sont le moteur de cette croissance : elles permettent aux fournisseurs de services d’améliorer leur efficacité et d’apporter de la valeur ajoutée aux clients.

A ce jour, on recense dans le monde plus de 60 réseaux IoT cellulaires bâtis par les opérateurs mobiles sur la base de ces technologies et desservant un large éventail d’usages, principalement axés autour de la logistique et la gestion de flottes aux Etats-Unis, ou encore de l’agriculture et des villes intelligentes en Chine.

Premiers lancements commerciaux de la 5G dès cette année.

L’Amérique du Nord devrait jouer un rôle moteur dans l’essor de la 5G, les principaux opérateurs américains ayant prévu un déploiement de la 5G entre fin 2018 et mi-2019. D’ici la fin 2023, près de 50 % de tous les abonnements mobiles souscrits en Amérique du Nord devraient être des abonnements 5G. Suivront l’Asie du Nord-Est et l’Europe de l’Ouest avec, respectivement, 34 % et 21 %.

Au niveau mondial, les premiers grands déploiements de la 5G devraient avoir lieu à partir de 2020. Ericsson prévoit qu’il y aura plus d’1 milliard d’abonnements 5G d’ici fin 2023, soit 12 % environ du nombre total d’abonnements mobiles, une évolution stimulée par le besoin d’un haut débit mobile aux capacités améliorées.

Une multiplication par huit du trafic de données mobiles est également attendue sur la même période, atteignant près de 107 exaoctets par mois, soit l’équivalent de 10 heures de streaming vidéo en qualité Full HD par chaque abonné mobile dans le monde. D’ici 2023, plus de 20 % du trafic mondial de données mobiles devraient transiter par des réseaux 5G, soit 1,5 fois plus que le trafic 4G/3G/2G total actuel.

A l’instar des précédentes technologies mobiles, la 5G devrait être déployée en priorité dans les zones urbaines de forte densité, avec pour premiers cas d’usage commerciaux le haut débit mobile amélioré et l’accès fixe sans fil. Côté industrie, les cas d’usage toucheront notamment les secteurs de l’automobile, de la fabrication, de l’énergie ou encore de la santé.

Fredrik Jejdling, Executive Vice President et directeur de la Business Area Réseaux d’Ericsson, explique : « 2018 sera l’année des premiers déploiements commerciaux des réseaux 5G, de même que celle des déploiements à grande échelle de l’IoT cellulaire. Ces technologies promettent des capacités nouvelles qui auront un impact sur la vie des gens et transformeront les industries. Ce changement n’interviendra que si les différents acteurs industriels et les organismes de régulation combinent leurs efforts en vue d’une harmonisation du spectre, des normes et des technologies. »

Des appareils 5G de première génération, de type “data only”, devraient faire leur apparition à partir du deuxième semestre 2018. Les premiers smartphones commerciaux capables de supporter la 5G dans la bande de fréquences moyennes arriveront normalement début 2019, tandis qu’il faudra attendre entre le début et la mi-2019 pour les bandes de fréquences supérieures.

Le rapport Ericsson sur la mobilité comporte également des articles sur la performance des réseaux vue par les clients, sur la fabrication intelligente, sur l’intelligence artificielle appliquée à la gestion du réseau et sur l’importance d’un spectre adapté pour la 5G.

Rejoignez notre session en direct sur Facebook (à 15h00 le 12 juin )

Consulter le rapport complet

 

Retour sur 2 temps forts d’innovation à Massy et lors de Viva Technology

Par Corinne Muller, le mercredi 6 juin 2018, classé dans Événements

 

 

 

 

 

 

 Un déluge de chiffres :

Consacré à l’innovation technologique et aux start-up, Viva Technology, co-organisé par Publicis et le groupe les Echos, a franchi un cap en rassemblant 100 000 visiteurs de 25 pays différents, 1 800 startups, 1 900 investisseurs, 20 000 étudiants et 1900 journalistes.

Robots, réalité virtuelle, véhicules autonomes, intelligence artificielle faisaient partie des thématiques de cette 3ème édition, qui s’est tenue du 24 au 26 mai Porte de Versailles à Paris.

Viva Technology des rencontres au sommet :

A l’honneur cette année l’Afrique, avec la présence du président rwandais Paul Kagame, reçu par le président Emmanuel Macron. Une centaine de jeunes pousses africaines, originaires de 15 pays, ont été exposées dans la zone dédiée Afric@tech. Les deux chefs d’État se sont exprimés sur l’importance de la coopération et le rôle des technologies dans le développement de l’Afrique.

En amont de l’événement, Emmanuel Macron a réuni à l’Élysée un panel de grands acteurs du numérique autour du thème « Tech for Good », l’utilisation de la technologie au service du bien commun.

Lors du discours d’ouverture de Viva Technology et juste après son traditionnel bain de foule, le président Emmanuel Macron a mis en avant ses ambitions pour la France, dont il voudrait faire l’un des grands acteurs de l’innovation.

La présence de la Suède, pour la 1ère fois cette année :

Ericsson, Spotify et l’ambassade de Suède étaient les principaux sponsors du stand de la Suède, qui participait pour la toute première fois au salon Viva Technology, mettant en avant plusieurs startups suédoises. Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France, a notamment rencontré le 24 mai le ministre suédois de l’entreprise et de l’innovation Mikael Damberg, en compagnie de l’ambassadeur de Suède en France, Madame Veronika Wand-Danielsson et de Bruno Crolot, DG de Spotify France. Une belle illustration du partenariat stratégique franco-suédois pour l’innovation :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En parallèle à cet événement, une démonstration de la voiture connectée en 5G a été organisée vendredi 25 mai au siège d’Ericsson France à Massy pour les salariés mais aussi plusieurs acteurs institutionnels, dont le maire de Massy Nicolas Samsoen, qui a pu conduire un véhicule situé en Suède, à 1600 KM de distance, sous l’œil attentif de Franck Bouétard. La technologie 5G n’a pas fini de faire parler d’elle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Démonstration de la voiture connectée en 5G

Nouvelle étude : les achats via smartphones

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle étude du Consumer& Industry Lab démontrent que les achats via les smartphones transforment le commerce :

  • Le M-commerce mondial devrait connaître une hausse importante au cours des prochaines années, 43% des consommateurs effectuant déjà des achats sur leur téléphone chaque semaine.
  • La majorité des acheteurs mobiles s’attendent à ce que d’ici 3 ans, un conseiller personnel virtuel les aide à effectuer leurs achats.
  • 69% des utilisateurs d’AR (réalité augmentée) et de VR (réalité virtuelle) pensent que ces technologies offriront aux smartphones tous les avantages des magasins physiques d’ici 3 ans.

Au-delà du M-commerce, il y a une montée en puissance des assistants virtuels. Le rapport explique comment la connectivité transforme la façon d’acheter des consommateurs.

Cette hausse des achats de biens et services via smartphones entraine de nouveaux besoins tels que le recours aux assistants virtuels à l’achat :

https://www.ericsson.com/en/trends-and-insights/consumerlab/consumer-insights/reports/beyond-smartphone-shopping–the-rise-of-smart-assistants

Le Sénégal remporte le concours Ericsson Innovation Awards 2018

L’édition 2018 du concours Ericsson Innovation Awards a été brillamment remportée par l’équipe Sénégalaise OwnLabs avec une solution sur smartphone qui répond au manque de laboratoires scolaires dans le monde.

A travers des laboratoires virtuels, les étudiants peuvent suivre des cours de physique, de chimie et de biologie via un smartphone.

Quelques 1 444 équipes universitaires représentant 107 pays étaient en lice pour cette compétition dont la grande cérémonie finale s’est tenue au Musée Nobel de Stockholm, en Suède, le 17 mai dernier.

Félicitations à l’équipe sénégalaise OwnLabs, de l’Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar et de l’Université de Ziguinchor!

La très faible latence de la 5G améliore la production de composants de moteurs à réaction

Par Diane Delesalle, le mercredi 16 mai 2018, classé dans 5G

 

  • Des applications industrielles de la 5G étudiées et développées conjointement par Ericsson et le Fraunhofer Institute for Production Technology – testent les premiers cas d’utilisation de 5G pour fabriquer des composants de réacteurs pour MTU Aero Engines.

  • Une latence proche de 1 milliseconde obtenue avec le banc d’essai Ericsson 5G – la très faible latence et la bande passante très élevée des réseaux 5G permettent de contrôler les machines de fabrication en temps réel, réduisant les coûts et améliorant la qualité.

  • Une nouvelle étude de cas d’Ericsson évalue la création de valeur de la 5G dans l’industrie manufacturière.

 

Ericsson et le Fraunhofer Institute for Production Technology se sont associés pour étudier et développer des applications industrielles de la 5G.
Le premier cas d’utilisation pour la production de composants de réacteurs pour MTU Aero Engines est en cours d’évaluation et est présenté cette semaine (23-27 avril) à la foire de Hanovre en Allemagne.

 

Les composants concernés, appelés disques aubagés monoblocs (blisk), sont des composants de haute technologie où le disque et les aubes sont produits d’une seule pièce et servent à comprimer l’air à l’intérieur des réacteurs. Ils sont fraisés à partir de pièces métalliques solides et ont des exigences extrêmement élevées en termes de précision et d’intégrité de surface.

Thomas Dautl, Director of Manufacturing Technology, de MTU Aero Engines, déclare :

« Un disque aubagé monoblock est un composant de grande valeur. Le processus de broyage prend de 15 à 20 heures et le délai total est d’environ 3 à 4 mois, processus de revêtement et contrôles de qualité compris. La nouvelle technologie de production 5G aidera à rendre nos opérations plus efficaces. »

L’application de la 5G à l’industrie manufacturière présente de nombreux avantages importants en termes de coûts, de qualité et de flexibilité. La très faible latence et la bande passante très élevée permettent de contrôler les machines en temps réel, ce qui réduit les coûts de fabrication et améliore la qualité des produits.

Selon le dernier rapport d’Ericsson Consumer et Industry Lab Business Value, le blisk case 5G permet à lui seul d’économiser environ 27 millions d’euros pour une seule usine et jusqu’à 360 millions d’euros à l’échelle mondiale. Du point de vue du développement durable, les émissions de CO2 provenant de la production de blisk et de leur utilisation dans les réacteurs peuvent être réduites d’environ 16 millions de tonnes par an à l’échelle mondiale.

De plus, le fait que la technologie 5G soit une technologie sans fil permet également d’équiper les machines de capteurs là où les connexions fixes ne peuvent pas être installées. Les lignes de production peuvent facilement être adaptées aux nouvelles exigences, en une fraction de seconde.

Le pilote Blisk montre les capacités techniques de la 5G telles qu’une très faible latence de près de 1 milliseconde, ce qui est vital pour les applications pour lesquelles le temps de fabrication est crucial. Le système d’essai 5G d’Ericsson fonctionnant sur 3,5 GHz est connecté à un capteur d’accélération. Il est monté directement sur la lame de la machine de production. Le spectre des vibrations est transmis en temps réel au système d’évaluation via la 5G. La très faible latence aide à mettre la vibration et la position de l’outil en corrélation et permet d’ajuster rapidement le processus de production.

Thomas Bergs, directeur général du Fraunhofer Institute for Production Technology, déclare :

« Beaucoup de nos partenaires prévoient d’implanter la 5G sur leurs sites de production et voient un grand potentiel dans la mise en place de cette technologie. Cela aidera les entreprises à devenir plus compétitives et rentables. »

Arun Bansal, Senior Vice President and Head of Market Area Europe and Latin America at Ericsson, chez Ericsson, déclare :

« Nous menons des programmes industriels 5G en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Il y a une forte demande des industries en matière de technologie 5G et ensemble, nous pouvons stimuler la productivité et créer de nouvelles opportunités commerciales. Le projet Blisk est un parfait exemple de ce qui sera, à l’avenir, possible dans le contexte industriel avec la 5G. La très-faible latence de la 5G rend ce cas d’utilisation industrielle réalisable. »

Le cas d’utilisation Blisk 5G est la première étude de cas tangible publiée par Ericsson, où l’entreprise évalue au plus près la valeur commerciale de la production rendue possible par la 5G.

Vous pouvez regarder cette vidéo témoignage pour en savoir plus sur le cas d’utilisation et la valeur commerciale pour la production de disques aubagés monoblocs et sur d’autres applications industrielles sur la page web 5G pour l’industrie manufacturière.
Plus d’information dans le rapport Consumer and Industry Lab Business Value et sur la page web du cas d’essai.

Nouvelle étude Ericsson Consumer & Industry Lab : les achats via smartphones transforment le commerce

Par Diane Delesalle, le mardi 15 mai 2018, classé dans Innovation / R&D,m-commerce,Opérateurs

  • Le M-commerce mondial devrait connaître une hausse importante au cours des prochaines années, 43% des consommateurs effectuant déjà des achats sur leur téléphone chaque semaine.
  • La majorité des acheteurs mobiles s’attendent à ce que, d’ici 3 ans, un conseiller personnel virtuel les aide à effectuer leurs achats.
  • 69% des utilisateurs d’AR (réalité augmentée) et de VR (réalité virtuelle) pensent que ces technologies offriront aux smartphones tous les avantages des magasins physiques d’ici 3 ans.

Ericsson Consumer & Industry Lab a analysé la transformation du commerce et présente son étude : au-delà du M-commerce, il y a une montée en puissance des assistants virtuels. Ce rapport explique comment la connectivité transforme la façon d’acheter des consommateurs.
La montée en puissance de l’achat de biens et services via smartphones entraine de nouveaux besoins tels que le recours aux assistants virtuels à l’achat.

 

L’étude est disponible dès aujourd’hui : https://www.ericsson.com/en/trends-and-insights/consumerlab/consumer-insights/reports/beyond-smartphone-shopping–the-rise-of-smart-assistants

 

Ericsson publie ses résultats pour le 1er trimestre 2018

Par Corinne Muller, le vendredi 20 avril 2018, classé dans Stratégie

Commentaires de Börje Ekholm, Président et CEO d’Ericsson

Nous avons continué d’exécuter notre stratégie commerciale recentrée en créant des solutions pour aider nos clients à améliorer leur activité. Nos efforts pour améliorer l’efficacité en matière de prestation de services et de réduction des coûts commencent à porter leurs fruits. La marge brute* s’est améliorée à 36% (19%) au cours du trimestre, en ligne avec notre objectif de 37-39% pour 2020.

L’une des pierres angulaires de notre stratégie est d’investir dans la R&D pour assurer notre leadership technologique et de meilleurs coûts, ce qui nous permettra de générer des marges brutes plus élevées. Nous continuons d’augmenter nos investissements en R&D dans les Réseaux pour être leader dans le domaine de la 5G. Dans l’activité Digital Services, nous continuons de renforcer les investissements dans notre nouveau portefeuille cloudifié et de changer nos façons de travailler pour une meilleure efficacité en R&D. Dans les Services Managés, nous continuons à mettre l’accent sur l’intelligence artificielle, l’automatisation et l’analyse pour améliorer l’expérience utilisateur, l’efficacité et mieux gérer la complexité des réseaux de demain.

Dans l’activité Réseaux, nous avons constaté que le portefeuille devenait plus compétitif au cours des trois derniers trimestres de 2017, ce qui s’est traduit, selon des sources externes, par des gains de parts de marché. Dans l’activité Réseaux, la marge brute* s’est améliorée à 40% (35%). Dans l’activité Digital Services, la marge brute* s’est améliorée à 41% (-25%), soutenue par des réductions de coûts principalement dans la prestation de services. Cependant, le résultat opérationnel de l’activité Digital Services reste difficile. Dans l’activité Services Managés, la marge brute* s’est améliorée à 9% (-7%), soutenue par des gains d’efficacité dans la prestation de services et la révision de certains contrats clients, ce qui s’est traduit par un résultat d’exploitation positif*.

En ce qui concerne le segment Emerging Business, nous augmentons progressivement les investissements dans des domaines de croissance tels que l’IoT et l’UDN (Unified Delivery Network). Alors que le résultat d’exploitation de Media Solutions et de Red Bee Media s’est amélioré comparé au trimestre précédent, ces activités ont enregistré une perte** de -0,5 milliard de couronnes suédoises au cours du trimestre. Nous prévoyons de finaliser le désinvestissement prévu de Media Solutions d’ici la fin du troisième trimestre.

Au cours du trimestre, nous avons réduit l’effectif total de plus de 3 000 personnes. Depuis le lancement des activités de réduction d’effectifs en juillet dernier, nous avons réduit l’effectif total de près de 18 000 personnes. À ce jour, l’effet annuel des économies réalisées est d’environ 8,5 milliards de couronnes suédoises, alors que l’objectif est d’atteindre 10 milliards de couronnes suédoises d’ici mi-2018. La réduction n’a pas encore totalement impacté les résultats trimestriels.

Le flux de trésorerie disponible s’est amélioré à 0,3 milliard de SEK (-3,2). – une nouvelle étape dans l’amélioration de notre situation financière. La trésorerie nette était de 35,6 milliards de SEK (28,3).

Les améliorations du trimestre sont encourageantes. Cependant, il reste encore du travail. Nous avons confiance dans l’orientation stratégique prise et nous demeurons pleinement engagés sur nos objectifs à long terme.

En ce qui concerne l’avenir, nous pensons que l’attention croissante portée à la 5G se poursuivra, avec des discussions commerciales axées dans un premier temps sur le haut débit mobile. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les clients pour définir des modèles d’affaires optimisés afin de leur permettre de trouver de nouvelles sources de revenus et de tirer pleinement parti de la 5G.

* Hors charges de restructuration

** Hors charges de restructuration et dotations corporatives

 

Perspectives
Concernant le marché 

Le marché des équipements d’accès radio (RAN) devrait baisser de -2% pour l’ensemble de l’année 2018 avec un CAGR de 2% (2018-2022). En 2018, le marché chinois devrait reculer en raison de la réduction des investissements dans le domaine du LTE, tandis que la dynamique est positive en Amérique du Nord.

Concernant l’évolution des devises 

De manière générale, un affaiblissement de 10% du dollar US vis-à-vis de la couronne suédoise aurait un impact négatif d’environ -5% sur les ventes et d’environ -1 point de pourcentage sur la marge opérationnelle (sur la base de l’exposition aux devises de 2017). Pour plus d’informations rendez-vous sur le site : www.ericsson.com/en/investors

Concernant Ericsson

  • La saisonnalité moyenne des ventes sur cinq ans entre le premier et le deuxième trimestre est de +9%
  • La concentration de l’activité et l’examen des opérations peu performantes devraient réduire les ventes en année pleine jusqu’à 10 milliards de SEK en 2019 par rapport à 2016.
  • La base de référence actuelle des revenus des contrats de licences en propriété intellectuelle représente environ 7 milliards de SEK en base annuelle.
  • Le plan consiste à réaliser des économies de coûts avec un effet annuel d’au moins 10 milliards de SEK d’ici mi-2018, par rapport au taux d’exécution annuel du deuxième trimestre 2017.
  • Les charges d’exploitation varient généralement d’un trimestre à l’autre en raison de la saisonnalité.
  • Les frais de restructuration pour l’exercice 2018 sont estimés à 5-7 milliards de couronnes suédoises et sont légèrement supérieurs au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre.
  • L’impact net réel et estimé de l’amortissement, de la capitalisation des frais de développement, de la comptabilisation et du report des coûts de matériel est le suivant :
SEK b. Q1 2018
Actual
Q2 2018
Estimate
Q2 2017
Actual
FY 2017
Actual
FY 2018
Estimate
FY 2019
Estimate
Coût des ventes -0.3 -0.2 -0.4 -2.6 -1
Dépenses en R&D -0.4 -0.4 0.1 -0.3 -2
Impact Total -0.7 -0.6 -0.3 -2.9 -3 -1 to -2

 

  • Le désinvestissement de Media Solutions devrait être finalisé à la fin du troisième trimestre 2018. Les résultats seront présentés en quote-part du résultat selon la méthode de mise en équivalence. Ericsson détiendra 49% des actions. Les ventes de Media Solutions ont atteint 3,2 milliards de SEK en 2017.
  • Les conséquences des changements de Q1 et Q2 dans les lignes de produits sont décrites en détail dans la page 4 du rapport complet.

Pour plus d’information, vous trouverez ici l’intégralité du rapport.

Vous trouverez ici la version anglaise du communiqué de presse.

 

 

La technologie au service de l’autisme ?

En tant qu’ingénieur et père d’un enfant autiste, je me devais de poser la question en ces termes : comment la technologie peut rendre plus efficace l’aide humaine ?

J’ai choisi de rechercher moi-même des réponses sur mon lieu de travail au sein du Garage Ericsson à Massy, lieu dédié à l’innovation.

Ericsson possède des centres de R&D partout dans le monde et au niveau local le « Garage » Ericsson France , m’a permis de mettre en marche mon projet dans un contexte d’intrapreneuriat social et solidaire.

L’équipe cœur de métier de l’association AFG Autisme, notre partenaire dans ce projet, nous donne la légitimité et l’expertise nécessaires. Nous avons défini ensemble le cahier de charges et nous avons déployé le pilote avec eux.

Une des particularités de l’autisme est que chaque personne présente des troubles qui lui sont propres. Cette diversité de profils rend difficile le choix des moyens. Souvent, des méthodes ayant fait leurs preuves chez certains sujets s’avèrent complètement inefficaces chez d’autres. Nous travaillons pour trouver la bonne méthode pour chaque personne.

Je me suis donc fixé comme objectif de fournir à la société un outil, basé sur des technologies de pointe comme l’Internet des Objets (IoT) ou encore l’intelligence artificielle, pour accélérer le dépistage, mesurer l’efficacité des prises en charge et donner aux encadrants (famille, accompagnateurs, enseignants, …) des moyens permettant un meilleur accompagnement.

Retrouvez mon témoignage en vidéo :

Le Sénégal parmi les finalistes des Ericsson Innovation Awards 2018

Par Corinne Muller, le mercredi 4 avril 2018, classé dans Innovation / R&D,Récompenses et Prix

Ericsson a annoncé les quatre finalistes des Ericsson Innovation Awards 2018, une compétition étudiante internationale qui invite les étudiants du supérieur à collaborer avec les experts Ericsson pour imaginer le futur des technologies de l’information et de la communication.

 

L’avenir de la vérité

Le thème de la compétition de cette année est inspiré de celui du Nobel Week Dialogue. Les équipes d’étudiants devaient répondre à la question suivante : comment la technologie peut-elle améliorer la manière dont nous cherchons, validons et partageons la vérité à l’ère des technologies de l’information et de la communication ?

1 444 équipes représentant 107 pays sont entrées en compétition pour présenter leurs solutions innovantes et explorer l’avenir de la vérité.  Les quatre finalistes vont s’affronter lors du Grand Final Event au musée Nobel de Stockholm, en Suède, le 17 mai 2018 afin de gagner jusqu’à 50 000 euros.

 

Les finalistes

Equipe Alfred, Université de Stanford, Etats-Unis

Alfred est un assistant personnel basé sur l’Intelligence Artificielle qui rassemble les informations, identifie les préférences et trie les sons.

Equipe Open Sesame, Université de Tongji, Chine

Open Sesame est une plateforme qui relie et vérifie les commentaires et les notes des clients pour assurer une expérience d’achat plus fiable.

OwnLabs, Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar et Université de Ziguinchor, Sénégal

OwnLabs construit des laboratoires virtuels pour les communautés qui ne peuvent pas construire leurs propres laboratoires physiques faute de financements.

Equipe TL;DR, Indian Institute of Technology, Delhi, Université Guru Gobind Singh Indraprastha, Université technologique de Delhi, Inde.

La plateforme TL;DR résume et simplifie les contrats d’utilisation afin d’aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées.

 

Pour en savoir plus sur les finalistes, leur projet et la compétition 2018, visitez le site des Ericsson Innovation Awards 2018.

 

Liens apparentés

Ericsson Innovation Awards 2018

L’annonce des demi-finalistes des Ericsson Innovation Awards 2018

Ericsson Innovation Awards: The Future of Truth